Trop d’aluminium dans les déodorants?

avril 25, 2012 par  
Classé sous Articles récents, Le saviez-vous?

Aluminium dans les déodorants : dangereux pour la santé?

Aluminium dans les déodorants : dangereux pour la santé?

Tout comme dans mon article sur le plomb dans le rouge à lèvres, on se dit « heureusement que certaines agences font des tests, car si on attendait après les compagnies, on utiliserait parfois des produits non conformes bien longtemps! ».

La revue française 60 Millions de Consommateurs, qui ressemble beaucoup à notre « Protégez-vous » canadien, a testé 14 déodorants antisudorifiques (qui bloque la transpiration) pour femme et pour homme . L’étude a démontré que 6 d’entre-eux contenaient une concentration en aluminium supérieure au taux fixé par l’Agence des produits de santé (Afssaps), l’équivalent de Santé Canada ou encore de Food and Drug Administration.

D’abord, je dois vous expliquer la différence entre un déodorant et un antisudorifique (aussi appelé antitranspirant ou antiperspirant, deux mots qui sont utilisés à tort pour ce produit, car antitranspirant est un mot qui convient aux plantes et non aux humains, tandis qu’antiperspirant est un anglicisme). Un déodorant est un produit qu’on applique sur les aisselles pour masquer les odeurs de transpiration. Quand à l’antisudorifique, il bloque temporairement la transpiration dans les pores de la peau, ce qui l’empêche de remonter à la surface. Certains produits sont à la fois antisudorifiques et déodorants. Un antisudorifique contient quasi inévitablement de l’aluminium. En fait, il s’agit de sels d’aluminium.

La quantité de sels d’aluminium utilisée varie d’un antisudorifique à l’autre. Dans les 14 déodorants testés, les concentrations varient entre  0,19% et 2% d’aluminium pur.

J’ai vérifié sur mon antisudorifique personnel, le Lady Speed Stick Invisible Plus, et c’est écrit : « Glycine d’aluminium zirconium tétrachlorohydrex 20% p/p ». J’ai cherché sur Internet et il semble qu’il s’agit d’une variété de sel d’aluminium moins irritante pour la peau que les autres types. Le chlorohydrate d’aluminium est la version la plus fréquemment retrouvée dans les antisudorifiques. J’ai fait des recherches pour savoir à combien équivalait mon 20% si c’était du chlorohydrate et ça donne 5% d’aluminium pur. Cela signifie que mon déodorant ne devrait pas être approuvé par Santé Canada, si cette dernière s’était donné la peine de réaliser une étude comme l’Agence des produits de santé française et fixé des règles en conséquence!

Dans le banc d’essai du magazine français, 6 déodorants contenaient des concentration en aluminium supérieures aux taux maximal permis par l’Agence des produits de santé qui est de 0,6%. Ce taux a été publié dans un rapport conduit par l’Afssaps, publié en octobre 2011, qui avait pour but d’évaluer les risques de l’aluminium pour la population, en particulier en lien avec la maladie d’Alzheimer.

Il n’y a pas de lien qui a été prouvé par rapport à cette dernière maladie ou encore pour le cancer, mais les études chez l’animal démontrent qu’après administration d’aluminium à dose répétée, des effets neurotoxiques, des effets sur le développement du système nerveux, de l’embryon et des testicules ainsi qu’une modification des tissus des reins et du foie ont été observés.

Selon le rapport, le taux d’absorption de l’aluminium dans la peau varie selon le fait que la peau soit lésée ou non (par exemple si on vient de se raser). Sur une peau normale, le taux d’absorption est de 0,5% tandis que sur une peau lésée, il grimpe à 18%. Le message est donc clair : on n’applique pas d’antisudorifique après s’être rasé ou si on a une peau irritée ou blessée!

Les résultats du rapport démontrent que l’exposition à des concentrations de 20% de chlorohydrate d’aluminium (soit 5% d’aluminium pur) ne permet pas d’assurer la sécurité sanitaire des consommateurs dans des conditions normales d’utilisation.

Mais le gros problème, c’est que nous sommes exposés à l’aluminium plusieurs fois par jour, autant dans divers produits cosmétiques, que dans des médicaments. Par exemple, dans mon cas, je prends du Gaviscon, un liquide anti reflux gastriques qui contient 100 mg d’hydroxyde d’aluminium par cuillère à thé, et j’en prends au moins 6 ou 7 par jour! Je viens donc d’augmenter mon exposition à l’aluminium en plus de mon déodorant et des autres produits dont je ne suis pas au courant.

Les recommandations du rapport sont les suivantes :

-Restreindre l’utilisation de produits antisudorifiques qui contiennent un maximum de 0,6% d’aluminium.

-Ne pas appliquer d’antisudorifique sur une peau lésée, étant donné qu’elle l’absorbe d’avantage.

Malheureusement, ces recommandations ne sont pas prises en compte par les compagnies. Il serait pourtant simple d’indiquer sur le mode d’emploi de ne pas appliquer le produit après le rasage par exemple!

Voilà pourquoi j’ai décidé d’écrire cet article : pour informer le plus de lecteurs et lectrices possible et éviter des problèmes de santé à long terme. Maintenant que je le sais, je vais utiliser un déodorant régulier (sans aluminium) après mon rasage du soir, et utiliser un antisudorifique le lendemain matin (qui contient moins de 0,6% d’aluminium), une fois ma peau réparée. C’est le mieux que je puisse faire étant donné que je n’ai pas l’intention de me mettre à empester mes collègues avec ma transpiration!

Et pour celles qui pensaient utiliser le fameux déodorant à la pierre d’alun naturelle (supposément une bonne alternative aux antisudorifiques traditionnels), l’étude de 60 Millions de consommateurs a démontré qu’il contenait quand même de l’aluminium, mais à 0,3%. Donc si on n’en veut pas du tout, on se contente d’un déodorant régulier, qui masque les odeurs sans contrôler la transpiration.

Vos réactions face à cet article?

Commentaires

9 Responses à “Trop d’aluminium dans les déodorants?”
  1. Claire dit :

    Tab….! Je m’en doutais depuis un bout, mais franchement, les déodorants ne font pas vraiment l,affaire! Il n’en existe vraiment pas qui fonctionnent SANS aluminium?
    Merci pour cet article- en passant, je ne réagis pas souvent, mais vous lis – presque- religieusement! ;-)

  2. Elise Couturier dit :

    Bonjour!

    Cet article est très intéressant. Merci beaucoup d’avoir partagé vos informations!

    J’utilise depuis quelques semaines le déodorant physiologique 24h de la roche posay. Sur l’emballage, il est écrit sans sels d’aluminium*, sans alcool,sans paraben… mais je suis un peu septique car il est aussi écrit sans dérivé d’aluminium anti-transpirant, contient de la perlite et du talc. et sodium bicarbonate, Zinc PCA…

    Si possible, quel est votre avis sur ce produit?

    Merci beaucoup!
    Elise C.

  3. I.D. dit :

    Bonjour Élise,
    je vais demander à La Roche-Posay de me l’envoyer pour que je puisse l’évaluer et je vous en reparle.
    Merci pour la suggestion!

  4. I.D. dit :

    Merci Claire,
    je suis contente de savoir que mes articles vous sont utiles!
    Dès demain, je pars à la recherche du déodorant sans aluminium efficace. Dès que j’en trouve un , je publie un article dessus sans fautes!

  5. Marc-André dit :

    Très intéressant!! Je fais présentement mon projet de fin d’études sur le dosage de l’aluminium dans les anti-sudorifiques. Bref, ce que tu dis est ce que je tente de démontrer et de sensibiliser les gens de celà. Très bien conçue ton texte! Merci des informations supplémentaires!

  6. I.D. dit :

    Merci Marc-André,
    si ça te tente de partager avec nous les résultats de tes recherches, on en serait très heureuses!!

Trackbacks

Regarder ce que les autres ont a dire sur sujet...
  1. […] d’aluminum dans plusieurs déodorants vendus sur le marché. Pour consulter cet article, cliquez ici. Depuis, je me suis mise à la recherche de déodorants contenant la concentration en aluminium […]

  2. […] d’aluminum dans plusieurs déodorants vendus sur le marché. Pour consulter cet article, cliquez ici. Depuis, je me suis mise à la recherche de déodorants contenant la concentration en aluminium […]

  3. […] Ici, une québécoise prend les recommandations françaises du même article et analyse les ingrédients de son déodorant préféré. En résumé, il ne faut pas tenir pour acquis que les normes en vigueur sont nécessairement respectées par les fabricants. […]



Donner votre avis..

Dites-nous ce que vous en pensez...