Oh non! Une réaction ou allergie cosmétique…

septembre 27, 2009 par  
Classé sous Articles récents, Le saviez-vous?


Les réactions et allergies cosmétiques

Les réactions et allergies cosmétiques

C’est connu, de plus en plus de gens souffrent d’allergies ou de réactions, de plusieurs types. Et la catégorie des cosmétiques n’y échappe pas.

Il semble que tous les produits cosmétiques, y compris les « hypoallergènes » ont le potentiel de déclencher une allergie ou une réaction chez quelqu’un. C’est normal, parce que tout le monde est différent et que nous réagissons tous différement à des ingrédients particuliers. Quand on dit qu’il existe même des personnes allergiques à l’eau, on peut donc s’attendre à tout, surtout lorsqu’on regarde la longue liste des ingrédients d’un produit cosmétique.

Selon des recherches, environ 1/3 à 1/4 de la population, selon les régions, aurait le potentiel de faire une réaction à un ingrédient cosmétique. Ce n’est pas rien!

Mais il ne faut pas nécessairement paniquer. La majorité de ses réactions sont légères à modérées. On parle alors d’irritation cutanée ou de dermatite de contact. Celle-ci se limite à la zone où on a appliqué le produit, et elle se déclare assez rapidement, soit à la première utilisation, ou les quelques utilisations subséquentes du même produit. Les sympômes sont des rougeurs, des petits boutons, de la desquamation, des démangeaisons, sensation de chaleur ou d’enflûre. Ceux-ci varient selon chaque personne.

Pour s’en débarasser, il faut cesser immédiatement l’usage du produit en questions, et la réaction disparaîtra d’elle-même dans les jours à semaines suivantes. Pour aider, on peut appliquer des compresses et des onguents ou crèmes apaisants(es) et qui aident la peau à se régénérer. Durant la période de guérison, il est important de protéger la peau d’autres produits qui peuvent l’irriter, car elle devient alors plus sensible. On soit également la protéger du soleil et des variations de température. On la traite donc aux petits soins!

Dans d’autres cas, les réactions sont allergiques et plus intenses. On parle alors de dermatite allergique. Cette dernière apparaît graduellement, plus on s’expose à l’ingrédient allergène. Souvent, la réaction cutanée se remarquera au-delà de la zone où on a appliqué le produit. Par exemple, j’ai déjà vu une amie qui a fait une allergie à une teinture. Tout son visage est devenu enflé, ce n’était pas beau à voir. Les symptômes sont des rougeurs, de l’enflûre assez visible, des démangeaisons, des cloques, oedèmes, fissures, prurit, etc.

Pour traiter la dermatite allergique, il faut, tout comme pour l’irritation, cesser l’exposition de la peau au produit qui a causé une réaction. On pourra aussi prendre des anti-inflammatoirese, des médicaments contre l’allergie comme Benadryl ou des onguents spécifiques comme la cortisone par exemple, aidant la peau à se réparer.  Tout comme pour l’irritation, on doit éviter l’exposition aux changements de température et surtout au soleil.

Lorsque votre peau a une irritation ou une allergie, il faut éviter les produits irritants (évidemment), et ce même si ce ne sont pas eux qui vous ont causé une réaction. On y va avec des produits les plus basiques possibles. On nettoie avec un nettoyant ultra-doux, comme Dove Peau sensible, Spectro Derm, etc.  On hydrate ensuite avec une crème réparatrice dans des gammes comme A-Derma, Aveeno, etc. Souvent, les crème recommandées par votre pharmacien sont idéales, au lieu de celles recommandées dans un comptoir cosmétiques. En fait, moins la liste d’ingrédients est longue, mieux ce sera. Vous pourrez recommancer vos soins réguliers (sauf celui qui pourrait vous avoir causé une réaction ou une allergie bien sûr) une fois la crise passée et votre peau revenue à la normale.

Les ingrédients qui causent le plus souvent des réactions sont les parfums, les agents nettoyants, les agents de conservation, les ingrédients antirides comme les acides (AHA, glycolique, salicylique, etc.) ou le rétinol, les colorants/pigments (l’acide carminique est un pigment rouge qui cause souvent des réactions), les filtres solaires chimiques et les différents excipients (ingrédients actifs comme la lanoline, le propylène glycol, etc.), etc.

Il est aussi important de savoir que ce n’est pas parce qu’un produit est inodore qu’il est non parfumé. Parfois, certaines fragrances sont ajoutées seulement pour masquer l’odeur d’un ingrédient contenu dans la formule. Il faut donc rechercher les produits où il est vraiment indiqué « non parfumé » ou « sans parfum ». Pour les agents de conservation, il y en aura presque toujours, mais si le produit mentionne « sans parabènes« , vous éliminez déjà une liste de quelques conservateurs problématiques. Pour les filtres solaires, favorisez les versions avec filtres physiques (souvent minéraux) que chimiques. De plus, faites attention aux mentions « soumis à des tests d’allergies », « hypoallergène », « pour peau sensible », « naturel », « biologique », etc. Aucune de ces mentions ne garantie que vous ne ferez pas de réaction. Tout dépend de quels ingrédients vous ne tolérez pas. Les tests d’allergies sont souvent faits pour les allergies les plus communes, et non toutes les allergies possibles.

Faites toujours un test d’allergie avant d’utiliser un nouveau produit qui contient un ingrédient que vous n’avez jamais utilisé, en particulier si vous avez déjà fait une réaction ou avec une peau sensible. Les deux endroits idéaux pour tester une crème sont derrière l’oreille, ou derrière le coude (où le bras plie – c’est souvent là qu’on vous fait votre prise de sang). Attendez minimum 24 heures, ou au mieux 48 heures et vérifiez si la zone a des rougeurs ou une quelconque réaction. Comparez avec l’autre côté pour voir des différences.

Si vous avez une peau très réactive, prenez en considération le conseil donné plus haut, soit d’opter pour des soins dont la liste d’ingrédients est la plus courte possible. C’est une question de probabilités… ;o)

Commentaires

48 Responses à “Oh non! Une réaction ou allergie cosmétique…”
  1. Céline dit :

    Merci pour cet article qui ne pouvait pas mieux illustrer ma situation actuelle. Je m’explique : j’ai cédé la semaine sernière à la mode du Basic 3 Temps de Clinique. Bien mal m’en a pris, après seulement 3 jours d’utilisation, je me retrouve avec des plaques rouges, gonflées et douloureuses (brûlures et démangeaisons à en pleurer) autour du nez et sur le menton … Résultat : après un week end à me badigeonner de crêmes et huiles en tous genre (amande douce, nivéa, et autres pommades pour irritations) je me suis décidée à passer une crême à la cortisone destinée à soigner l’eczéma. C’est la seule chose qui m’ait soulagée. Alors, je ne suis pas vraiment sûre de pouvoir imputer ça au B3T, mais avouons que la coincidence est plutôt bizarre. Mais comme je suis en plus sous antibios et en plus dans ma période mensuelle « critique » et qu’à ce moment là j’ai la peau toujours un peu plus réactive que d’habitude, je pense que je referai un tout petit essai dans quelques jours, lorsque ma peau aura retrouvé sa santé. Histoire d’être bien sûre d’avoir foutu 40 euros à la poubelle chez Séphora …

  2. Sandy dit :

    Article vraiment complet ID :-)

    Il y a aussi le facteur émotionnel (contrariété, stress, anxiété, etc.) qui peut jouer sur notre peau de façon temporaire.

    Il paraît même que certains médicaments peuvent provoquer des réactions cutanées : je savais que cela pouvait provoquer des éruptions cutanés dans certains cas, mais cela peut provoquer d’autres effets secondaires.

    Raison de plus pour « bichonner » notre peau car il y a tellement de facteurs qui viennent la perturber… on dit souvent qu’il faut traiter nos cheveux comme de la soie, ben, je dirai que c’est avant tout notre peau qu’il faut traiter avec délicatesse ;o)

  3. I.D. dit :

    Très intéressant Céline, merci pour votre témoignage. Ce n’est pas la première fois que j’entends une histoire du genre avec le 3 étapes de Clinique et ce même si la marque indique « soumis à des tests d’allergie ». Ça prouve que ça ne veut rien dire. L’avantage avec Clinique, c’est que les produits sont non parfumés, mais les toniques contiennent de l’alcool, un décapant très irritant pour le visage. J’aime beaucoup les produits Clinique, sauf les toniques et les savons nettoyants, que je recommanderais d’avantage pour nettoyer votre cuvette de toilettes que pour votre visage. Mais ceci étant dit, ce système est un des meilleurs vendeurs dans le monde et on entend souvent des femmes satisfaites. Cela dépend de chacune. Mais pour l’alcool, ça prend une peau robuste…
    Avez-vous mis le doigt sur l’ingrédient qui vous aurait causé cette réaction? De cette manière, ça vous évitera de revivre la même désagréable expérience.
    Vous avez bien fait pour la crème destinée à l’eczéma. Parfois, lorsqu’on a une réaction, on a tendance à vouloir soigner sa peau à outrance, mais tout ce qu’elle veut la pauvre, c’est une petite pause pour se refaire, et il faut lui laisser le temps : les cellules de la peau se renouvellent tous les mois, donc il faut s’armer de patience, et laisser notre peau tranquille quelques temps. On évite également le plus possible le maquillage sur les zones atteintes pendant la période de crise.

  4. I.D. dit :

    Vous avez bien raison Sandy. Voici d’ailleurs un article qui pourrait vous intéresser : http://www.secretsid.com/2008/10/la-psychodermatologie-la-psychologie-pour-la-peau/

  5. Sandy dit :

    ID, moi aussi j’ai des copines qui ont acheté le lot Basic 3 Temps de Clinique (pour peau type II), et c’est bien le savon liquide et la lotion qui causent problème… du coup, elles n’utilisent plus que l’émulsion hydratante et là, pas de soucis.

    Donc Céline, si vous voulez réessayer dans qq jours, réessayez seulement le soin hydratant (emulsion tellement différente) pour voir si vous supportez au moins cela, histoire de ne pas tout jeter à la poubelle… par contre, à votre place, je ne persisterai pas avec le nettoyant et la lotion, ça recommencera à mon avis ;o)

  6. Sandy dit :

    Oui, je viens de lire ID, c’est vrai dans de nombreux cas. J’ai remarqué aussi que chez certaines personnes un symptôme peut se loger ailleurs qu’au visage : je vois pour ma mère, lors de fortes contrariétés combinées au surmenage, elle a les mains toutes crevassées, c’est hallucinant !

    Par contre, faut également se méfier des spécialistes (je ne parle pas des dermatos là) qui sortent « psychosomatique » à toutes les sauces. Vous pourriez vous retrouver dans un engrenage infernal qui pourrait vous transformer plutôt en « légume » qu’autre chose.

    Ma mère s’est retrouvé il y a quelques années avec du Palpitax, Atarax and co (qui lui ont ajouté des effets secondaires) alors qu’elle avait un rhumatisme à la nuque… faut faire gaffe !

    Sous prétexte que le stress est le mal du siècle, certains médecins s’orientent direct côté psychique avant de s’orienter côté physique, c’est dangereux aussi.

    Mais côté peau, il est vrai que le facteur émotionnel joue beaucoup et que la meilleure solution est d' »extérioriser » tout ce qui nous ronge, il faut évacuer par tous les moyens (casser de la vaisselle, taper dans un putching ball, yoga…)… car si vous gardez tout à l’intérieur, vous devenez une « bombe à retardement » et après ça fait des dégâts partout ;o)

  7. Céline dit :

    Merci pour vos réponses. Je viens vous donner quelques nouvelles de ma peau qui en est à la phase « pelade ». On dirait un énorme coup de soleil, mais ça ne me brûle ni ne me démange plus. Le pharmacien est d’accord avec moi et m’a conseillé de refaire un essai avec le B3T sur une petite surface de peau dans quelques jours pour être sûre que ce soit ça. Mais effectivement, dés la première utilisation, j’ai bien senti que le savon et la lotion étaient vraiment très agressifs. Et puis je n’ai jamais été sujette aux réactions allergiques dues au stress. Malheureusement j’ai un métier qui m’oblige à être apprétée toute la journée du coup je ne peux pas faire l’impasse sur le maquillage et je ne vais tout de même pas me mettre en arrêt maladie pour ça LOL … Mais bon dés que je rentre le soir, je file me démaquiller et j’hydrate à fond. Ma peau ne se repose pas trop dans la journée mais elle est chouchoutée le soir et toute la nuit …

  8. I.D. dit :

    Et bien chère Sandy, j’approuve à 100% Mon pharmacien dit d’ailleurs que trop de médecins prennent la voie de la facilité en disant que « c’est la faute du stress » seulement parce qu’ils ne savent pas quel est le vrai problème. Je suis d’accord que le stress y a à voir, mais ce n’est pas le cas pour tout. Je suis suivie par des gastroentérologues depuis plusieurs années à cause de problèmes à l’estomac, et il a fallu que je me batte pour que finalement on considère que peut-être il y aurait un autre problème à la source. On m’a fait prendre toutes sortes de médicaments, dont un qui agissait sur mon « mental » et qui m’a rendu tellement amorphe que je l’ai cessé après 6 mois, et en plus, ça ne changeait absolument rien au niveau de l’estomac. Le dernier gastro a finalement eu l’idée que cela pourrait être causé par des bactéries. Tiens donc, bonne idée après 5 ans de consultations et 3 spécialistes différents!! J’ai donc passé un examen avec biopsies et j’attends les résultats. On verra bien…

  9. I.D. dit :

    Et peut-être aussi que le weekend, vous pouvez donner deux jours de repos total à votre peau, sans maquillage, ce qui l’aidera à récupérer plus vite.

  10. Sandy dit :

    Oui ID, ton pharmacien est plus dans le vrai que certains médecins lol

    Moi, j’ai vu ma mère souffrir le carcan pendant 10 jours (son médecin traitant, qui était également le mien durant 18 ans avant que je déménage, était en congés) et un ami de longue date lui a conseillé un médecin femme qui avait râté sa « vocation » : elle aurait mieux fait de faire « psy » que médecin.

    Ma mère lui disait qu’elle souffrait à la nuque au point que cette zone était sensible au courant d’air (même en été, elle est obligée de mettre un petit foulard léger), qu’elle avait du mal à dormir à cause de cela et que du coup, elle avait parfois des palpitations (qui étaient en fait dues à la fatigue cumulée du mauvais sommeil). Ce médecin lui sort « Madame, vous êtes surmenée, il vous faut quelque chose pour vous détendre » sans même l’examiner, elle lui prescrit Palpitax, Atarax (ça scotche au lit ça) et un autre nom dont je ne me souviens plus mais qui était en fait un anti-dépresseur. Au bout de 2 jours, ma mère a tout viré à la poubelle (elle n’est pas branchée « cachets », surtout quand elle sent qu’ils sont inutiles ou dangereux) car elle avait encore plus de symptômes et des crises d’angoisse, mais surtout aucune amélioration sur les douleurs de sa nuque. Moi je lui dis d’attendre que son médecin traitant revienne.

    … quand il est revenu, il a fait 3 bonds tellement il était choqué de voir un médecin zapper l’aspect physique « Comment ? Elle ne vous a même pas au moins prescrit des séances de massage ? Ne vous a pas fait passer des radios pour voir s’il y avait une anomalie avant de conclure de facto que c’était le surmenage ? » et lui a prescrit ce que l’autre médecin aurait dû faire + lui a suggéré d’acheter des sachets de passiflore. Et à l’arrivée, il s’agissait d’un rhumatisme à la nuque et cela n’avait absolument rien à voir avoir le surmenage. Elle a suivi une bonne série de séances de massage qui l’ont bien aidée. Et elle a toujours une pommade que lui avait prescrit son médecin.

    Quant à l’autre médecin, paix en son âme, on a appris qu’elle était décédée 1 an après alors qu’elle avait moins de 40 ans… je crois qu’elle appliquait le même système pour elle, c’est triste :-(

  11. Sandy dit :

    « Mon pharmacien dit d’ailleurs que trop de médecins prennent la voie de la facilité en disant que « c’est la faute du stress » seulement parce qu’ils ne savent pas quel est le vrai problème » = ça, c’est un pb que j’ai bien connu : conclure à une affection « psychosomatique » car ils ne savaient pas quel était l’origine de mon pb. Naviguer de services en services, se sentir comme un « rat de laboratoire » pour au final s’entendre dire « Mademoiselle, j’ai tout d’abord pensé que vous pouviez souffrir d’une schlérodermie mais hélas, même s’il y a des symptômes similaires, vous n’avez pas de lésions et d’autres symptômes sont manquants… je ne peux que vous suggérer de suivre une psychothérapie car je pense que votre affection est psychosomatique »

    Je ne dis pas que le « psychosomatique » n’existe pas, j’ai une amie qui a souffert de crevasses douloureuses aux chevilles et c’était psychosomatique (dès qu’elle a retrouvé un travail, c’est parti aussi vite que c’est venu), mais je sais que pour qu’il y ait une chance que le mal puisse être psychosomatique, il faut qu’il y ait eu des éléments négatifs pouvant entraîner une manifestation physique… or, au moment où ce mal m’a frappée, tout allait très bien et depuis longtemps ça allait bien (et je ne peux pas dire que j’ai connu des moments durs dans ma vie avant ce pb)… et qui plus est, si c’était censément psychosomatique, pourquoi un produit (qui n’est plus commercialisé, comme d’hab avec la veine que j’ai) avait réussi à me « libérer » de ce mal ?

    Et quand on leur pose ce genre de question, ben les spécialistes ne savent plus quoi vous répondre !

    Moi, ce que je sais, c’est que depuis ce problème, j’ai un « semblant » de vie, et ce problème me sape le moral car il m’emboucane dans de nombreux domaines. La seule chose qui ait réussi à améliorer un peu, c’est la kynésiologie qui a développé une meilleure résistance à la douleur, j’arrive maintenant à marcher et à manger sans avoir à me tenir la tête, ce qui n »est pas négligeable.

  12. Sandy dit :

    Au passage, je lance une « petite annonce » pour moi-même : si quelqu’un parmi vous est encore en possession du savon Le Petit Marseillais à l’huile d’amande douce des laboratoires Vendôme sous son ANCIENNE VERSION (pas la version savon-crème actuelle, l’effet n’est pas du tout le même), qu’il me le fasse savoir, car je le recherche comme une « pépite d’or ».

    Je ne sais pas ce que sa composition avait de si spécial (vu qu’on a refusé de me la communiquer), je sais qu’en plus de l’huile d’amande douce, il contenait de la graisse animale (boeuf et cochon, d’après ce qu’on m’a dit) et depuis, j’ai essayé tout ce qui pouvait se vendre et aucun ne me fait cet effet… ce doit être la combinaison de plusieurs ingrédients et leur dosage qui a joué, mais tout ce que je sais, c’est qu’il a agi en profondeur et m’a « débloqué » la tête.

    Je sais, ça paraît « fou » à lire comme ça, on dirait que je sors tout droit d’un épisode de « X files » mais je vous assure qu’il m’a débloquée, et pourtant avant j’étais « anti-savon », je ne peux donc même pas dire que j’y étais « psychologiquement favorable ».

    Retrouver un exemplaire de ce savon, me permettrait d’en faire fabriquer par une savonnerie artisanale ;o)

  13. I.D. dit :

    Quelle histoire!!
    Comme quoi faut parfois se battre et ne pas écouter le premier venu!

  14. I.D. dit :

    Merci pour ce témoignage!

  15. I.D. dit :

    Ou même le faire toi-même.

  16. Sandy dit :

    Oui, je trouve l’attitude de certains médecins et spécialistes vraiment douteuse parfois ! Je comprends qu’ils veuillent rester rationnels, mais faut arrêter de conclure au psychosomatique dès qu’on ne trouve pas.

    J’avais regardé une émission de Jean-Luc Delarue sur le thème du « psychosomatique » : y a des gens qui finissaient même par se persuader que leur cancer était psychosomatique… faut arrêter la connerie là ! C’est sûr qu’il faut un soutien psychologique pour ce genre de maladie, mais un cancer ne sera jamais psychosomatique ! Si ces personnes s’en sont sortis, c’est que leur cancer a été dépisté à temps, que leur organisme est combatif et y a aussi le facteur « chance », faut le reconnaître. Franchement, y a des gens qui font peur avec leur raisonnement !!!

    Et il y a d’ailleurs une femme qui témoignait pour parler de son expérience vécue car elle avait failli y rester à cause des conclusions de certains spécialistes qu’elle avait consulté : cela faisait un moment qu’elle souffrait de douleurs atroces au bas du dos ; après divers examens approfondis, ils ne lui ont rien trouvé et ils ont tablé sur l’hypothèse que ce soit psychosomatique. Seulement son mal empirait au fil du temps et une de ses voisines lui a suggéré d’aller consulter à l’extérieur… cette voisine lui a sauvé la vie, car elle a consulté un spécialiste d’une autre région, qui semblait mieux « équipé » et il lui a décelé une tumeur ! Vous imaginez si elle s’était persuadée que c’était psychosomatique ? Ben, elle ne serait plus là la nénette !

  17. Sandy dit :

    Euh, le fabriquer moi-même, plutôt dangereux, je ne sais pas manipuler la soude caustique (hydroxyde de sodium)… et le faire à partir de paillettes de savon, c’est pas pareil, car c’est la saponification qui compte.

    Si je me contente de faire fondre des paillettes de savon, ça ne rimerait pas à grand chose vu que la saponification a déjà eu lieu et que là cela consisterait à faire fondre les paillettes et rajouter des éléments.

    Je préfère encore payer pour le faire fabriquer que de jouer les apprentis savonniers car c’est extrêmement corrosif !

    Mais bon, il me faudrait déjà le savon d’origine… sans cela, je ne peux rien envisager.

  18. I.D. dit :

    Sandy, mais il existe des gels douche et barres nettoyantes « sans savon ». Ne pouvez-vous pas travailler sans cette « soude caustique »?

  19. Sandy dit :

    Sans savon, ce n’est pas du tout pareil : si tu regardes les produits sans savon, tu n’auras pas le « sodium tallowate » ou « sodium palmate » ni même « sodium hydroxide » mais tu auras le Sodium Laureth Sulfate ou un autre truc de ce genre.

    J’ai déjà essayé ce genre de produit, sur le visage ça m’échauffe carrément le visage, surtout les surgras.

    C’est pour cela que je bloque autant sur ce savon, car il a eu un effet incroyable et j’ai tout testé depuis, certains me font moins mal que d’autres (car y en a c’est pire que si j’avais rien utilisé, surtout côté pains surgras), même une fois j’ai testé qu’avec de l’eau et rien d’autre, car je ne savais plus quoi essayer, sans succès.

    J’ai dépensé pas mal d’argent au fil des années dans les savonneries artisanales à rechercher un équivalent, dans les parapharmacies (leurs syndets et compagnie dans toutes les marques existantes), tous les produits vendus en grande surface, j’ai même acheté hors de Métropole (dont la maison Morphee au Canada), mais je n’ai trouvé aucun produit jusqu’ici qui me fasse cet effet ; bon, c’était pas perdu, ça finissait sur le corps, mais ça décourage !

  20. I.D. dit :

    Ouf, quelle histoire! La paresse qui tue, ça aurait fait tout un titre de journaux…

  21. Sandy dit :

    J’ai pas saisi ID le passage « la paresse qui tue », à quoi faisais-tu allusion ?

  22. Laurence dit :

    http://www.oliviersoaps.com
    Allez faire un petit tour sur ce site, on peut commander par internet. Nous sommes allés visiter leur maison-musée et usine de fabrication. Leurs produits sont purs et très doux, je peux le confirmer ayant moi-même une peau hautement réactive…Parcontre faut savoir aussi pour les inconditionelles du savon( comme moi ) que l’eau prise au robinet, peut être une source d’irritation surtout si elle est hautement calcaire, ce dernier étant asséchant voir même irritant (dans mon cas), il faudrait que je rinse a l’eau thermale…je suis paresseuse ! mais j’ai parcontre une copine qui m’envoie quand j’ai besoin, des flacons-pompe de démaquillant MIXA pour peau sensible c’est le seul que je tolère, et j’ai tout essayé…DUCRAY–AVÈNE–VICHY et autres marques, nommez-les, ils se sont tous retrouvés un jour ou l’autre ds ma salle de bain ( oui même le basic 3T de Clinique ). Je sais deux choses aujourd’hui: primo: c’est un calvaire a chaque fois que je veux essayer un nouveau produit…parce que je ne sais pas comment ma peau va réagir ( et effectivement je confirme qu’en général les écritures sur les pots ou les tubes ne nous garantissent pas grand chose parce que ça ne veut pas dire grand chose…marketing oblige! ) secondo: ça me coûte une fortune en produits parce que les échantillons sont souvent difficles a avoir ( il faut presque les quêter…et ça ne le devrait pas ) donc j’achète, je teste et souvent je fais des mauvais achats…Voilà ! donc je crois que nous sommes plus d’une a avoir des soucis de peau..

  23. Sandy dit :

    Bonjour Laurence,

    Je connais le site oliversoaps, et leurs produits nettoyants ne m’ont pas convaincue… mais bon, le « bio » ne me réussit guère de ce côté-là ;o)

    Dans tous les cas, faut écouter sa peau, c’est elle qui nous dit quand cela lui convient ou pas :-)

    Moi, j’utilise de l’eau filtrée pour me laver le visage, je ne me vois pas me passer d’eau, même si j’aime le brumisateur d’eau thermal (que j’utilise au cours de la journée), il ne remplace pas mon eau lors du rinçage… et les laits démaquillants, ce n’est pas mon truc ; c’est comme si on me demandait d’utiliser un lait nettoyant sans rinçage pour le corps au lieu de prendre ma douche… je suis un « dauphin » j’ai besoin d’eau ;o)

  24. Sandy dit :

    Laurence, si le Mixa peau sensible vous convient, gardez-le… je sais qu’on a une facheuse manie de vouloir tester d’autres produits pour voir si l’herbe est plus verte ailleurs ;o)

    Mais je peux comprendre dans votre cas, si ce produit ne se vend pas dans votre région, que vous souhaitiez tenter autre chose… mais si c’est le seul qui vous réussit, vaut mieux « déranger » la copine que de connaître des désagréments avec d’autres produits.

  25. I.D. dit :

    Sandy, pour « la paresse qui tue » je faisais référence aux médecins qui ne se donnent pas la peine de procéder à des tests et qui choisissent, parfois par paresse, la voie de la facilité qui met tout sur le dos du psychologique. Ça peut parfois mener à des issues fatales.

  26. Sandy dit :

    Entièrement d’accord avec toi ID pour la « paresse qui tue », je trouve cela vraiment regrettable qu’ils concluent trop rapidement à une affection psychosomatique avant de creuser plus profondément.

    Tout comme avant l’arrivée du scanner dans les années 70 en France, combien de personnes ont souffert à cause de cela ? Je connais une personne plus âgée que moi qui m’avait fait part des souffrances qu’elle a connu lorsqu’elle était adolescente (je n’ai pas retenu le nom de sa pathologie) : sa famille et son médecin de famille ont cru pendant 15 ans qu’elle faisait la « comédie »… ah c’est bien beau que son médecin se soit excusé après !

    Franchement, je l’admire, car souffrir de ce problème durant tant d’années, c’est déjà très dur, mais quand le médecin traitant et la famille pensent qu’on fait la comédie, ça c’est encore plus horrible ! Car on n’a même pas de soutien pour nous aider à tenir le coup… en attendant, cela a engendré une agoraphobie chez elle.

    Je remarque que les spécalistes, dans leur quête du « rationnel », préfèrent conclure que c’est psychosomatique plutôt que de reconnaître que ça les dépasse.

    Oui, ID, « ça peut parfois mener à des issues fatales », car une personne qui souffre et qui finira par se convaincre que c’est psychosomatique, risque de tomber dans un « engrenage » sans issue, qui pourrait la conduire vers des idées morbides.

  27. I.D. dit :

    Non seulement des idées morbides, mais un mauvais diagnostique (ex. prendre des symptômes de Cancer pour quelque chose de psychosomatique) peut avoir une issue fatale si le cancer n’est pas traité rapidement.

  28. Sandy dit :

    Oui, exactement ID, les idées morbides, j’y faisais allusion pour ceux/celles qui n’auraient pas maladies « mortelles » mais qui souffrent le carcan pendant des années et qui peuvent finir par se persuader que c’est psychosomatique… mais il est vrai qu’une maladie susceptible d’entraîner la mort si elle n’est pas traitée rapidement, la personne n’aura même pas le temps d’avoir des idées morbides, la maladie l’aura déjà emportée.

    Et rien que d’y penser, ça fait froid dans le dos :-(

    Qu’on n’écarte pas l’éventualité d’une origine « psychosomatique » en parallèle dans certains cas, je peux comprendre, mais ce ne doit jamais être une « conclusion » SURTOUT quand on ne trouve pas de quoi souffre la personne… je dis en « parallèle » car si on attribue chaque mal non explicable à une affection psychosomatique, la personne est livrée à elle-même sans même qu’on se soit donné la peine de creuser plus profond.

    Après les maladies orphelines, il y aujourd’hui une catégorie de maladies « méconnues » et « invisibles » qui commencent à être considérées comme telles… du moins, on commence à accepter qu’elles existent, mais le parcours est très difficile pour les personnes qui appartiennent à cette catégorie.

    Ce qui n’est pas visible est encore plus difficile à reconnaître de la part des spécialistes.

    Aujourd’hui on arrive à considérer la « fibromyalgie » comme une maladie complexe… pourtant, elle ne sort pas d’hier cette maladie, mais je me souviens encore en 2005, mon ex belle-soeur s’entendre dire par un spécialiste de la COTOREP (aujourd’hui la CDAPH) « mais Madame, vous devriez être heureuse d’être salariée, c’est pas donné à tout le monde ! »… comique le gars, c’est pas lui qui faisait des aller-retour au centre anti-douleur !

    Cette nana, je l’ai connue en pleine forme, pleine de vitalité, je reviens de Mayotte, j’apprends qu’elle est atteinte de fibromyalgie, ça m’a filé un choc ! Autant parfois elle arrivait à marcher normalement, autant parfois elle avait du mal à marcher, ou même à rester debout, les paupières se mettant à gonfler subitement, parfois même le visage (comme si on l’avait remplie d’eau), une envie urgente de vouloir s’allonger, avoir du mal à bouger même en position allongée… tout cela surgissait sans prévenir, elle ne pouvait jamais prévoir à quel moment, ça allait se produire ! Je la massais un peu partout pour tenter de la soulager… et ce médecin de la COTOREP lui balancer une ineptie pareille, j’avais envie de le flinguer !

    …enfin, y a encore beaucoup de chemin à faire, hélas.

  29. I.D. dit :

    Normalement, les gens qui souffrent de fibromyalgie sont considérés comme invalides (inaptes au travail) et reçoivent une compensation du gouvernement (un peu comme une prestation maladie ou de l’assistance sociale)…

  30. Sandy dit :

    Et bien c’est ce à quoi je m’attendais quand mon ex belle-soeur s’est rendu à la convocation de la COTOREP : ils lui ont reconnu le statut « travail handicapé » mais ne lui ont pas octroyé l’AAH (Allocation Adulte Handicapé)… tout ça parce que le médecin qui l’a reçu lors de sa convocation a considéré qu’elle devait s’estimer heureuse d’être « salariée », alors qu’elle était souvent en arrêt maladie puis à « mi-temps thérapeutique » = la Sécu lui verse une partie pour compléter le mi-temps.

    Comme on dit souvent, c’est « toi et ta chance » dans certains cas, et au niveau COTOREP (maintenant CDAPH), y en a qui ont l’AAH pour un cheveu sur la langue (je ne sais plus comment cela s’appelle, mais je ne cherche pas à me moquer, je précise) et d’autres se pointent avec des dossiers médicaux longs comme le bras et on de désagréables surprises… je n’y comprendrai jamais rien à leur logique à ce niveau-là, j’avoue.

  31. I.D. dit :

    C’est arrivé à mon amie qui a de multiples allergies. Elle est allergique aux noix et aux fruits de mer, mais seulement au contact ou à l’ingestion, du moins, c’est ce qu’elle croyait, jusqu’à ce qu’elle travaille dans un restaurant asiatique. IL se trouve que les vapeurs de cuisson l’ont fait enfler, elle a fait une dermatite et elle avait de la difficulté à respirer. La médecin qui l’a vue ne l’a pas crue, elle a dit que c’était impossible, alors que la soeur de mon amie est également allergique aux fruits de mer, et aussi au poisson. Lorsque cette dernière entrait dans une maison où du poisson avait cuit, même si elle n’était pas au courant, elle pouvait le deviner, simplement par les réactions de sa peau! C’est dire que c’est POSSIBLE! Donc, mon amie a du quitter son emploi, mais à cause que la médecin ne croyait pas que sa dermatite était causée par les vapeurs, elle a écrit sur son rapport « dermatite de contact », ce qui fait que mon amie n’aura pas de prestations d’incapacité aux travail (CSST : commission de la santé et sécurité au travail). Tout ça à cause d’une médecin incompétente. Tu parles!

  32. Sandy dit :

    Les vapeurs de cuisson, c’est comme si elle avait touché le poisson, elle est vraiment conne la femme médecin !

    Rien que nous, quand on se fait une fumigation faciale, on doit réfléchir au type de plantes qu’on va mettre dans l’eau bouillante, selon notre type de peau, si on ne veut pas avoir de surprise… et pourtant on a pas ce genre d’allergie.

    Alors, j’imagine aisément une personne allergique aux fruits de mer en contact avec les vapeurs de cuisson, c’est comme si on lui frictionnait du poisson directement contre la peau ! j’imagine même que ça doit agir très vite la vapeur de cuisson :-(

    J’ai un ami qui est allergique aux poils de chat : comme ton amie ID, il n’a pas besoin de toucher un chat ou même un vêtement où il y aurait des poils de chat… il suffit simplement de le mettre dans une pièce où il y a eu un chat, sans qu’il touche quoi que ce soit, on le laisse debout immobile en plein milieu d’une pièce, en très peu de temps, il se met à éternuer et avoir le gratouillis.

    Et pourtant, ce n’est pas le même degré d’allergie que ton amie, car les allergies aux fruits de mer, tout comme celles aux noix (arachide, etc.) font partie des pires allergies (les dégâts sont très rapides et dangereux)… ça fait vraiment flipper, car les oedèmes se forment rapidement et si ça atteint la langue et qu’on ne réagit pas rapidement, ça peut être fatal !

    Ma petite soeur est allergique à l’aspirine, et dans la nouvelle ville où elle actuellement, le premier médecin à qui elle a eu affaire lors d’une rhino-pharyngite, lui a prescrit un traitement qui contenait un dérivé alors qu’elle lui avait bien précisé son allergie… résultat des courses, en quelques heures, elle a eu des oedèmes sur tout le corps avec comme une crise d’asthme (heureusement, l’oedème ne s’est pas formé sur la langue)… ma mère, en panique, contacte son ancien médecin qui lui dit de stopper immédiatement le traitement car y avait 2 médicaments sur 3 qui ne doivent pas être pris par des personnes allergiques à l’aspirine ! Inutile de te dire que ma mère a changé de médecin, car un médecin qui ne tient pas compte de ce que tu lui précises, te met en danger illico.

  33. Sandy dit :

    Déjà un médecin généraliste qui ne tient pas compte de tes allergies, c’est dangereux, car on ne peut lui faire confiance… mais la différence, c’est qu’un médecin traitant, on peut en changer, alors qu’un médecin qui intervient pour une Commission (quelque soit son nom), on ne peut pas le choisir, on nous l’impose ; et c’est là que c’est dangereux, car si on tombe sur un incompétent, c’est la catastrophe !

    Soit on s’en tient à ce qu’il impose et on se met en danger en persévérant dans un lieu de travail vraiment défavorable (qu’on pourrait qualifier de « terrain miné »), soit on écoute notre santé (car on y tient, il n’y a rien de plus précieux) et on est lésé par la Commission qui va trancher en notre défaveur, car elle se sera uniquement basée sur le médecin qu’elle aura nommé.

    Et quand on décide de faire appel à leur décision, on a l’impression de mettre des coups d’épée dans l’eau :-(

    Après on nous dit vivre dans un pays « développé » ? Ben, je ne sais pas toi, mais sur certains points, j’ai la désagréable impression qu’on régresse.

  34. I.D. dit :

    C’est pas croyable. Et l’ordre des médecins qui a toutes les misères du monde à envoyer un simple avis pour une faute grave, beaucoup plus grave que celles dont nous avons parlées. On est vraiment pas en sécurité ici!

  35. Sandy dit :

    Oui comme tu dis ID, la « sécurité » s’éloigne de plus en plus de certains médecins, ça fait peur :-(

    Franchement, même si médecin femme avait du mal à y croire, elle aurait pu au moins placer ton amie en observation, histoire d’effectuer un test sur ton amie… et là, elle aurait bien vu les effets ! C’est ça qui me révolte !

    En tout cas, c’est vraiment navrant pour ton amie : déjà que c’est la grosse galère d’avoir des allergies aux fruits de mer et noix rien que par ingestion, mais si en plus l’allergie se manifeste au moindre contact, même par vapeur (pour moi c’est un contact aussi dans la mesure où elle inhale involontairement ces vapeurs de cuisson), là, c’est le parcours du combattant ! Et c’est vraiment injuste qu’elle se retrouve ainsi lésée par la CSST à cause d’une m…e badgée « médecin » !

    Franchement, je souhaite qu’un de ces jours un membre de cette commission, ainsi que ce semblant de médecin, connaîtront le même type d’allergie, et il comprendront leur douleur ! C’est le genre de choses qui me rend « méchante » tellement ça me révolte… ils ont de la chance que je ne sois pas magicienne, sinon ils auraient déjà cette allergie !

  36. I.D. dit :

    LOL, cette médecin n’aime probablement pas son travail (et mon amie m’en a raconté plein d’autres aussi révoltantes durant la même rencontre…) et est frustrée. Alors si j’étais magicienne, non seulement je lui donnerais la même allergie, mais je la mettrais aussi à la retraite illico!

  37. Stephanie dit :

    Bonjour ID,

    Étonnament, il m’est arrivé quelque chose de similaire depuis vendredi dernier. J’ai acheté les produits La Roche Posay, qui sont « conçus » pour les peaux sensibles. Lait démaquillant, tonique (sans alcool) et crème hydratante, et seulement au bout de 3 jours, j’avais le visage rouge au niveau des pomettes et des joues, et la peau crevassée et/ou striée. J’ai 21 ans, et j’essaie de bien dorloter ma peau afin de la garder en bonne santé. Malheureusement, je ne sais plus vers quel produit me tourner maintenant… Plusieurs tests seront à effectuer.

  38. I.D. dit :

    Stephanie, c’est vrai que c’est difficile de savoir quel ingrédient ne vous convient pas. Dans le doute, utilisez un produit qui contient le moins d’ingrédients possible.

  39. Françoise dit :

    Bonjour,
    J’utilise en soins cutanés les produits d’une grande marque : crème, masque,contour des yeux et sérum.
    Les trois premiers me donnent des boutons, ce qui n’est pas le cas du sérum.
    La recherche des analogies et différences se traduit par la liste des substances communes aux 3 premiers : CANOLA OIL – PHYTOSTERYL CANOLA GLYCERIDES – CETEARYL ALCOHOL –
    CETEARYL GLUCOSIDE – PENTYLENE GLYCOL – TETRASODIUM EDTA.
    Substances absentes du sérum.
    Pouvez-vous confirmer mon avis incriminant le canola (soja) à tendance allergisante ?

  40. I.D. dit :

    Bonjour Françoise, de quoi ont l’air les boutons que la crème, le masque et le contour des yeux vous ont causés? Pourriez-vous me les décrire?

  41. Françoise dit :

    Bonjour I.D. bonjour à toutes,
    en réponse à I.D. pour décrire la réaction cutanée :
    Il s’agit de très petits boutons que l’on sent au toucher, avec une petite pointe blanche ressemblant à des comédons.
    j’ai la même réaction avec une crème d’une autre marque contenant cette fois
    HELIANTHUS ANNUUS SEED OIL, c’est à dire une huile de tournesol.

  42. I.D. dit :

    Combien (estimation) de petits boutons avez-vous environ? Comment apparaissent-ils? Est-ce que c’est subit lors de l’utilisation des produits en question, ou plutôt graduel?

  43. Françoise dit :

    Bonjour I.D. bonjour à toutes

    Des boutons d’1mm apparaissaient sur les zones d’application, c’est à dire
    – le front (~30),
    – le menton (~5),
    – pour les yeux l’apparition se fait après trois jours d’application (~5).

    Au fil du temps ils apparaissent de plus en plus rapidement dans les 24 heures suivant l’application et ne disparaissent qu’après 15 jours environ.

  44. I.D. dit :

    Est-ce que ces boutons s’accompagnent de rougeurs et/ou de démangeaisons?

  45. Françoise dit :

    Ni rougeur, ni démangeaison

  46. I.D. dit :

    Mmm, intéressant. Ça ne ressemble pas à une réaction allergique, mais plutôt une intolérance. Ça pourrait être des agents occlusifs contenus dans la crème, qui empêchent la peau de respirer, et causent des boutons. C’est difficile de savoir quel ingrédient c’est. Recherchez les produits « non-comédogènes », non parfumés et testés sous contrôle dermatologique ou hypoallergènes. Recherchez aussi ceux qui ne contiennent pas d’huile minérale ou de dérivés du pétrole. Mais idéalement, sans huile du tout, ce serait idéal, à moins que vous n’ayez la peau très sèche. Mais ça pourrait aussi être quelque chose de spécifique, comme un conservateur, un ingrédient actif, la liste est longue. Si vous retrouvez le même ingrédient dans la majorité des crèmes auxquelles vous réagissez, évitez le, quitte à en éliminer plusieurs.

  47. Laurene dit :

    (URGENT !) Cosmétiques de supermarché vs cosmétiques de marques. Reportage 100% Mag M6.

    Bonjour à toutes et à tous,

    Dans le cadre de l’émission 100% Mag sur M6, je réalise actuellement un reportage sur les cosmétiques et plus particulièrement sur les différences entre les produits de grandes marques et les produits de supermarché.

    C’est pourquoi je recherche des personnes :

    – utilisant exclusivement soit des cosmétiques low-cost, soit des cosmétiques de grandes marques.
    – ayant eu une mauvaise expérience avec un produit cosmétique (réactions allergiques graves etc.)
    – ayant utilisé pendant des années des cosmétiques de grandes marques avant de se rabattre sur des produits plus bon marché.

    Si vous vous reconnaissez dans l’un de ces profils, n’hésitez pas à me contacter au plus vite au 01 82 28 31 18 ou en envoyant un mail à laurene@soda-presse.fr

    A très bientôt et merci !

    Laurène
    Journaliste M6
    01.82.28.31.18
    laurene@soda-presse.fr

Trackbacks

Regarder ce que les autres ont a dire sur sujet...
  1. […] faire suite à mon récent article : « On non, une réaction ou allergie cosmétique » et grâce aux recommandations de plusieurs personnes à la peau sensible et […]



Donner votre avis..

Dites-nous ce que vous en pensez...

301 Moved Permanently

Moved Permanently

The document has moved here.