Le meilleur déodorant:Secret Clinical Strength/Action thérapeutique


Secret Action thérapeutique

Secret Action thérapeutique

On a toutes déjà vécu ce moment désagréable où on tente désespérément de se sentir nous-même sous les bras, pour voir si « tout est ok »…

Les jours chauds, le stress, les vêtements synthétiques, l’activité physique,  tous des éléments qui risquent de compromettre notre fièreté personnelle. C’est encore plus le cas pour celles dont la sudation est supérieure à la moyenne des femmes.

On a donc absolument besoin d’un antisudorifique ou déodorant qui sera à la hauteur et qui ne nous lâchera pas, peu importe la situation. Mais avec l’énorme variété de produits sur le marché, il est difficile de se retrouver.

Après en avoir essayé plusieurs, on dirait qu’ils s’équivalaient tous. Ils étaient efficaces dans le meilleur des mondes, c’est-à-dire quand la température est confortable et qu’il ne se passe rien de la journée. Mais dès que je tombais dans le monde réel, je finissais parfois par avoir des problèmes.

C’est alors que j’ai décidé de faire l’essai d’un nouvel antisudorifique qui faisait des promesses attirantes : Secret Clinical Strength (en français, Secret Action thérapeutique). On promettait dans la pub que ce produit est aussi efficace que les produits offerts sous prescription, pour celles qui ont besoin d’une protection supérieure, et qu’il résiste à toutes les situations.

Dès la première journée d’utilisation, j’ai donné raison à la pub. C’est le meilleur antisudofirique que j’ai essayé de ma vie. Je l’ai testé avec un chandail 100% polyester, une journée où il faisait environ 30 degrés et où je devais travailler et lever des charges. Résultat : à la fin de la journée, aucune odeur désagréable, contrairement aux produits que j’utilisais auparavant.

Clinical Strength / Action thérapeutique fonctionne différemment que les autres antisudorifiques. Premièrement, il est en crème, et non en bâton ou en gel. De plus, il dépose sur la peau une triple couche de protection, dont une pour prévenir l’humidité, l’autre pour hydrater la peau, et la troisième pour combattre les odeurs (grâce à des micro capsules qui les emprisonnent, et qui libèrent un parfum léger à la place). Aussi, il faut l’appliquer le soir, avant daller au lit, pour  en optimiser l’efficacité. Il agit pendant 24 heures.

L’efficacité est en partie expliquée par la technologie de la couche qui prévient l’humidité, qui, contrairement aux antisudorifiques réguliers qui se contentent de laisser une barrière à la surface de la peau, pénètre dans les pores pour bloquer la sueur plus en profondeur. Et son efficacité ne le rend pas plus irritant pour la peau pour autant. Les agents hydratants de la seconde couche adoucissent et hydratent bien la peau, pour la laisser souple et douce.

Si vous comprenez l’anglais, le site de Secret montre un vidéo qui explique comment fonctionne le produit. C’est très clair : http://www.secret.com/ClinicalStrength.do

Je suis vraiment contente que ce produit existe maintenant, car je me sens toujours en confiance et je n’ai plus besoin de m’en faire constamment avec les situations qui pourraient compromettre ma confiance.

Secret Clinical Strength / Action thérapeutique est offert en 4 versions : waterproof, peau sensible, régulière et sport. On peut se procurer deux formats différents : 1.6oz ou 2.6oz. Le prix est un peu plus dispendieux que les déodorants réguliers, soit 10$CA (environ 7€).

On peut même aller jusqu’à dire que ce produit peut changer une vie!

Commentaires

32 Responses à “Le meilleur déodorant:Secret Clinical Strength/Action thérapeutique”
  1. So dit :

    Complètement d’accord avec toi. Ce déo n’a rien à voir avec les autres et je suis sûre que tous les autres fabricants vont très vite s’en « inspirer »… A quand sa commercialisation en France ???

  2. I.D. dit :

    @So : pas certaine qu’il n’arrive un jour en France… Peut-être est-il possible de le commander via Internet.

  3. Catherine_6248 dit :

    C’est vrai que j’avais vu ce déo :o)
    Mais chez moi je n’avais pas vu inodore dans ma pharmacie :o( voila pourquoi j’ai acheté un régulier
    Prochain achat, j’essaye

  4. Sandy dit :

    Voilà, encore une fois, la France est en retard, grr !!!

    Non pas que je n’aime pas mon pays, mais franchement, il est à la traîne sur pas mal de trucs, faut se l’avouer !

    Y a qu’à voir les fonds de teint liquides ou compacts de certaines marques : quand on les trouve en France, elles sont restreintes par rapport aux USA et Canada qui ont une variété de teintes plus étendue, c’est terrible !

    Y a même des cas où au lieu d’avancer, on recule. Exemple, Oil of Olaz : si on a pas un Monoprix dans sa ville, faut le commander en Angleterre ou en Allemagne (via Amazon) alors qu’il y a 15 ans en arrière, on la trouvait partout en France.

    Et pourtant ce n’est pas parce qu’il a moins de succès qu’avant car beaucoup de personnes en raffolent et l’aiment toujours autant et surtout galèrent pour se le procurer.

    En tout cas, dommage qu’il ne soit pas commercialisé en France (et si un jour, il a la chance de l’être, je crains que ce jour ne soit pas très proche) car il a l’air génial.

    Rien que le passage « il dépose sur la peau une triple couche de protection, dont une pour prévenir l’humidité, l’autre pour hydrater la peau, et la troisième pour combattre les odeurs » donne envie de l’acheter ;-)

    Et un produit qui tient les promesses de sa pub, surtout pour ce genre de produit, cela ne court vraiment pas les rues !

  5. Catherine_6248 dit :

    Ce qui me fait vraiment peur sur les déo, c’est tout ce qu’on dit par rapport au cancer :o(
    Ok j’en mets tous les jours
    Mais j’ai bien peur d’attraper le cancer pour une bettise pareil

  6. Sandy dit :

    Il est vrai qu’il y a une véritable polémique autour du composant Aluminium Chlorohydrate contenu dans la plupart des déos antiperspirants.

    Certains chercheurs l’accusent de favoriser le cancer du sein, d’autres affirment qu’il n’est pas responsable.

    La question que je me pose est la suivante : si l’aluminium chlorohydrate est cancérigène, pourquoi ne décèle-t-on pas de cas de cancer chez l’homme vis-à-vis des déos contenant ce composant ? Pourquoi cela n’affecterait-il que la femme ? Bizarre !

    Dans le doute, j’utilise le plus souvent des déos sans ce composant… on en trouve de plus en plus, même en grande surface.

  7. Sandy dit :

    « Alors que se passe-t-il chez l’homme ? Jusqu’ici, une seule et unique étude portant sur l’absorption de l’aluminium sur la peau humaine a été réalisée par des chercheurs américains. Deux volontaires en bonne santé se sont prêtés à l’expérience, se laissant tartiner les aisselles de chlorhydrate d’aluminium et faisant don d’échantillons de sang et d’urine pour vérifier si cette substance passe la barrière de la peau. Verdict des chercheurs : seul 0,012 % de l’aluminium serait absorbé au niveau de la peau.
    Appelé à la barre, le chimiste anglais Christopher Exley confirme : « Il est généralement admis que la peau constitue une barrière efficace contre l’aluminium. » Donc cette voie d’absorption serait négligeable ? « Cette conclusion est assez difficile à concilier avec le cas rapporté par le docteur Guillard », nuance le chercheur.

    Nous avons contacté le Dr Olivier Guillard, chercheur en biochimie à la faculté de médecine de Poitiers. Ce dernier ne croit pas du tout à un lien possible entre l’aluminium et les cancers, mais pour lui la neurotoxicité de l’aluminium ne fait aucun doute.
    Il a suivi une femme de 43 ans se plaignant d’une immense fatigue. Diagnostic : hyperaluminémie, trop d’aluminium dans l’organisme. (8) Comment cette femme a-t-elle pu être exposée à des quantités d’aluminium suffisamment élevées pour entraîner ces symptômes ? Rien dans son environnement professionnel ne l’expose à l’aluminium. Toute source de contamination éliminée, le seul suspect encore en course était le déodorant de la patiente. Depuis 4 ans, cette femme utilisait tous les jours un déodorant antitranspirant contenant du chlorhydrate d’aluminium. Pour vérifier leur hypothèse, les chercheurs ont demandé à la jeune femme de cesser d’utiliser son déodorant. Résultat : dans les trois mois qui suivirent, la fatigue s’est atténuée puis a disparu. Parallèlement, son taux d’aluminium dans le plasma a considérablement chuté. Aucun doute possible : le déodorant antitranspirant était seul responsable de l’hyperaluminémie. Comment est-ce possible alors que nous sommes des millions à utiliser ces produits tous les jours ? « Il s’agit très probablement d’un cas d’hypersensibilité individuelle, explique le Dr Guillard. C’est le premier cas que nous rencontrons. ». »

    Références :
    *Flarend R, Bin T, Elmore D, Hem SL. A preliminary study of the dermal absorption of aluminium from antiperspirants using aluminium-26. Food Chem Toxicol. 2001 Feb;39(2):163-8.
    *Exley C. Aluminum in antiperspirants: more than just skin deep. Am J Med. 2004 Dec 15;117(12):956-9.

  8. I.D. dit :

    @Sandy : saviez-vous que la marque de déodorant Secret est commercialisée par la même compagnie qui fait Oil of Olay? Il en est de même pour Cover Girl. C’est la multi-nationale américaine Procter & Gamble. Voilà pourquoi tous ces produits sont difficiles à trouver en France. Je ne comprend pas pourquoi par contre. Ils manquent un beau grand marché…

  9. I.D. dit :

    Ouais, c’est bien tannant c’est histoire. C’est comme les parabènes, il y en a partout. C’est difficile de les éviter…

  10. I.D. dit :

    J’ai déjà essayé des déodorants sans aluminium (donc pas des antisudorifiques) et ça ne fonctionne pas bien pour moi. C’est idéal pour celles qui ne transpirent presque pas. Pour les autres, on est comme condamnées…

  11. I.D. dit :

    Merci pour cet extrait Sandy!!

  12. Sandy dit :

    Même la plupart des déos sans alcool en contiennent, donc un déo classique sans le chlorohydrate d’aluminium n’est pas top sur des aisselles fraîchement épilées, ça brûle et ça n’est pas top au niveau de la transpiration.

    L’hiver, j’utilise la pierre d’alun et un déo sans alu mais l’été, c’est un antitranspirant obligatoirement qu’il me faut.

    Pour en revenir à l’extrait que j’ai mis, on voit bien que ce composant justement ne provoque aucun cancer. Dans certains cas rares d’hypersensibilité, il peut provoquer des effets secondaires.

    Et pour info, les chercheurs qui ont affirmé que ce composant favorisait le cancer se sont basé sur une étude faite sur une souris (dont la structure organique et épidermique ne sont pas du tout les mêmes).

    Il n’y a eu qu’une seule étude sur l’homme qui infirme justement cette affirmation ;-)

    J’en conclue donc qu’il ne faut pas prendre toutes les affirmations que l’on trouve sur le net pour argent comptant, surtout quand les études ne sont pas réalisées sur l’homme.

    C’est comme l’histoire du C.L.A (Acide Linoléique conjugué) qui se vend en gélules sous l’argument d’un effet amincissant alors que cet effet se remarque sur les souris et ont un effet placebo sur l’homme.

  13. Sandy dit :

    @ID : je savais que la marque Oil of Olaz (Olay dans les autres pays) était de Procter&Gamble mais j’ignorais que Secret était d’eux, car j’avoue que je découvre à peine cette marque au travers de votre article.

    Moi, ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi Oil of Olaz qui était encore distribuée partout en France (du moins les grandes surfaces) il y a 15 ans en arrière, ne se distribue aujourd’hui que dans les Monoprix et certaines Galeries Lafayette (selon la taille du magasin – celui de ma ville ne le distribue pas). Pourquoi a-t-on reculé ?

    Procter&Gamble ne m’a pas éclairé à ce sujet mais m’ont au moins indiqué où ils étaient distribué, car je leur avais écrit depuis leur site (division France) pour leur demander où trouver le fluide Oil of Olaz Sensitive.

    D’ailleurs, je vais leur demander s’ils songent un jour commercialiser ce déodorant Secret Clinical Strength en France car il m’intéresse beaucoup et je sais qu’il aurait beaucoup de succès. Beaucoup de françaises rêveraient d’avoir un produit pareil, moi la première :-)

  14. I.D. dit :

    Morale de l’histoire : il ne faut pas croire tout ce qu’on entend…

  15. I.D. dit :

    Ah bien vous m’apprenez quelque chose Sandy. Je ne savais pas que Oil of Olay était Oil of Olaz en France. Mais la compagnie a laissé tombé la partie « Oil of » pour la connotation négative de l’huile. Maintenant, c’est juste « Olay ».

  16. Sandy dit :

    Ah ok ID, je n’avais pas percuté qu’ils avaient viré « Oil of ». Oui, en effet, Olay et Oil of Olaz = même marque. A la base « Olaz » vient d’Allemagne si mes souvenirs sont bons et en France, ils l’ont appelé « Oil of Olaz ».

    D’ailleurs la version french du fluid sensitive Olay est fluide essentiel peau sensible Oil of Olaz que vous pouvez voir ici http://www.beaute-test.com/fluide_hydratant_actif_-_essentiel_oil_of_olaz.php

    Pour en revenir aux infos sur certains composants dans les cosmétiques, y a parfois de l’intox de la part des médias pour commencer : je me souviens l’émission sur les parabens qu’on bombardait à tout va « cancérigènes ». C’est sûr qu’ils ne sont pas sains pour la peau, mais de là à les qualifier de cancérigènes, ils y vont fort sans pouvoir le démontrer (c’est ça le pire). A l’arrivée, c’est panique générale du côté consommateur (ce qu’on peut comprendre, d’ailleurs). Donc, je ne blâme pas le consommateur (j’en suis un) qui croît qu’on lui dit toute la vérité et lui croit bien faire de se méfier de tel ou tel composant.

    Et les boutiques bio gonflent leur chiffre d’affaires sur ces craintes justement. Sauf que dans le domaine bio, très peu sont TOTALEMENT BIO si on prend la peine de lire et déchiffrer la composition de leurs produits. Car parmi certaines marques qui se bombardent « bio », y en a qui utilisent des conservateurs qui ne sont pas naturels et on ne sait même pas si c’est pas pire que les conservateurs qu’on connaît… mais ça, ils se gardent bien de nous le dire !

    J’ai une amie qui n’arrêtait pas de me bassiner la tête sur la marque Sanoflore (attention, je ne suis pas ici pour dénigrer cette marque mais pour constater) : je regarde leur papier qui accompagne souvent leurs produits, je vois un tableau comparatif entre leurs composants et ceux industriels… bizarre, à la ligne Conservateurs dans leur colonne ils mettent « respecte le cahier des charges » sans autre précision, et dans la colonne des « adversaires » là ils n’hésitent pas à détailler PEG, parabens et compagnie. Ce sont les premiers à affirmer que les parabens sont cancérigènes, mais en attendant, on ne sait pas quels sont leurs conservateurs ! Moi, j’appelle cela du « foutage de gueule » et ça m’inspire plus de la méfiance que de la confiance.

    Donc, celles qui apprécient les produits bio, c’est sain dans la mesure où vous avez affaire à des produits réellement bio. Ne vous contentez pas de croire que c’est bio parce que c’est écrit dessus, car il y a des marques pseudo bio. Aujourd’hui, c’est important de déchiffrer la liste INCI pour vérifier si on nous dit la vérité ou si on nous manipule car entre les arguments marketing et la composition parfois, il y a un fossé… du genre à l’extrait d’aloe vera ou au beurre de karité et au dos, surprise, le composant apparaît parmi les derniers de la liste d’une 30aine de composants… ça veut dire quoi ? qu’il y a maxi 1% du composant, donc trop faible pour être un ingrédient « actif » comme ils aiment souvent le dire ;-)

    De toute manière, y a pas que dans les cosmétiques qu’on se fout de nous : certains colorants alimentaires sont réellement plus dangereux que les parabens, et les médias en parlent moins, cherchez l’erreur ! Pourtant, les colorants, ils ne sont pas indispensables que je sache.

    Voilà, c’était mon petit « coup de gueule » du moment lol non pas après les consommateurs, mais après ceux qui manipulent l’information à leur guise, et ceux qui tirent la couverture vers eux pour mieux vendre ;-)

  17. I.D. dit :

    Très intéressant votre commentaire Sandy!! Vous avez absolument raison. Il faut faire très attention au marketing. Le marketing peut très facilement tomber dans le détournement de la vérité, voire le mensonge.
    Les colorants artificiels peuvent être dangereux, mais les naturels, pas de problèmes.
    Les lois devraient être plus sévères en matière de produits de beautés et de soins personnels. On devrait avoir l’heure juste sur ce qu’on achète… C’est comme l’alimentation. Et pour ça, l’Europe est beaucoup plus en avance là-dessus qu’ici. Ici, on se demande si le gouvernement ne se fait pas payer des pots de vins par certaines compagnies pharmaceutiques, alimentaires cosmétiques et de produits de soins personnels. Par exemple, en France, l’étiquettage des OGM est obligatoire, alors qu’ici, pas d’obligation. On ne sais jamais si ce qu’on achète est OGM ou non. Aucune considération pour le consommateur!!
    Le marketing devrait avoir plus de limites.
    C’est un peu comme vendre une bouteille d’eau et écrire : Sans gras trans, sans sucre, sans cholestérol, léger, sans calories! Parfois j’ai l’impression qu’on nous prend pour des imbéciles!
    Hé ben voilà, c’était mon coup de gueule à moi aussi lol! ;o)

  18. Sandy dit :

    Absolument d’accord avec vous ID, le mensonge (tout court ou par omission) est devenu une « religion » dans le marketing !

    Oui oui, pour les colorants, je faisais allusion aux colorants artificiels bien sûr ;-)

    Quand vous dites « parfois j’ai l’impression qu’on nous prend pour des imbéciles ! », je dirais que ce n’est plus une impression que j’ai, mais une certitude ;-)

    Allez, un autre exemple de « foutage de gueule » flagrant, cette fois, dans le milieu de la lessive : connaissez-vous Super Croix Secrets d’ailleurs Bora Bora ? J’ai déjà lu et entendu des inepties, mais celle-là, elle est forte « à la fleur de monoï alliée à la grande douceur du lait d’aloe vera ». Alors pour commencer, la « fleur de monoï » N’EXISTE PAS : le monoï existe bel et bien, mais la fleur qui a macéré dans l’huile de coco raffinée est la Gardenia Tahitensis (fleur de Tiaré)… le monoï est un produit fabriqué par les polynésiens et NON un arbre sur lequel pourrait pousser une fleur mdr

    Et puis lorsque vous regardez plus bas sur l’étiquette, vous vous rendez compte qu’il s’agit de parfums de synthèse aussi bien pour cette fleur qui n’existe pas que pour ce fameux « lait d’aloe vera ». Cette publicité mensongère n’a pas manqué de commentaires sur le net, particulièrement du côté monoï addicts (que je suis également) http://blog.monoi-tahiti.info/post/2009/02/18/Fleur-de-Monoi-%3A-un-parfum-de-lessive
    Les polynésiens ont dû avoir les cheveux qui se sont hérissés sur leur tête en visionnant cette pub lol

    J’ignorais ID que l’étiquettage des OGM n’était pas obligatoire au Canada, c’est bien dommage… j’espère qu’il finira par devenir obligatoire car ça craint là !

  19. Sandy dit :

    Pas étonnant que beaucoup de marques se retrouvent avec le label « bio » par Ecocert

    Arnaque à la qualification bio d’huiles essentielles et cosmétiques

    Incroyable avec seulement 15% d’ingrédients bio la pluspart des produits distribués par les sociétés industrielles de fabrication de cosmétiques se font certifier BIO par ECOCERT(société commerciale de certification) On dit communément,par contraction, qu’un produit est bio quand il est fabriqué à partir d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. Sachez que par un calcul manipulant la confusion, prenant en compte des ingrédients mais pas d’autres comme les émulgateurs, l’eau, les conservateurs (autorisés par ECOCERT !)Il suffit aux industriels de fabrication de cosmétique de mettre 15% de produits issus de l’agriculture biologique pour être en mesure d’être certifiés par ECOCERT !!! Nous avons allerté les services de la repression des fraudes sur ce sujet. eCOCERT a été obligé donc de faire mentionner les pourcentages des ingrédients bio. mais les clients d’ECOCERT n’indiquent pas ces pourcentages, d’autant plus que la pluspart ont été certifiés par ECOCERT avant mème son agrément ministériel. Pour les essences de plantes le shéma est similaire. ECOCERT certifie une fois les essences, mais n’assure pas la fiabilité des approvisionnement suivants.

    Vous regardez la compo de tous les produits Sanoflore, vous verrez à chaque fois que les noms des conservateurs n’apparaissent, on met juste « conservateurs autorisés par Ecocert » http://www.beaute-test.com/creme_de_jour_vegetale_hydratante_sanoflore.php De plus, depuis 2006, cette marque fait partie du groupe L’oréal !

    Et là, lisez le milieu de l’article http://www.liberation.fr/vous/0101561283-tout-n-est-pas-si-bio , c’est accablant ! Rien que le titre « tout n’est pas si bio » vous comprendrez pourquoi

  20. Sandy dit :

    http://www.aromalves.com/article.php3?id_article=219

    http://cosmetiques.bio.free.fr/

    A l’heure actuelle, c’est plus une histoire de business, donc de pognon que de véritable « bio » qui encadre le consommateur.

    Logiquement, en septembre 2009, ce sera le label européen cosmétique bio COSMOS qui sera appliqué… j’ose espérer qu’ils feront mieux que Ecocert qui, dans le secteur alimentaire sont certes connaisseurs, mais plutôt novices dans le secteur cosmétique !

  21. I.D. dit :

    Ayoye! Je ne connaissais pas cette marque de détergent. Je ne crois pas qu’il soit commercialisé ici. Mais je trouve effectivement que les parfums synthétiques devraient être indiqués clairement comme tels. On ne devrait pas lire « avec fleur de ci ou de ça » ou encore « avec extrait de ci ou ça » mais bien avec « fragrance de fleur de », ou « arôme de ». Oui tu as bien raison, c’est confirmé, on nous prend pour des biiiippp! Ce qui est choquant avec votre histoire, c’est que la cueillette de fleurs de Tiaré aide à l’économie locale d’un peuple qui ne roule pas sur l’or, alors les encourager n’aurait pas été de trop, au lieu de leur enlever le peu qu’ils ont en faisant de l’argent sur leurs dos sans leur verser quoi que ce soit…
    Et puis de l’aloès, qu’est-ce que ça peut bien donner dans un détergent à lessive qu’on rince par la suite?
    Et comme vous dites pour les OGM, ça craint! Ça a bien l’air qu’on prend encore plus les Canadiens pour des imbéciles que les Français… ;o)

  22. I.D. dit :

    C’est fou, je savais déjà comment fonctionne ce type de label. C’est la même chose dans l’alimentation. Nous avons ici au Québec, un logo nommé « visez santé » qui est maintenant apposé presque partout, y compris des produits préparés ultra-salés ou même contenant des quantités phénoménales de sucre! C’est que les normes de ce logo ne sont pas très sévères. Les compagnies l’utilisent donc n’importe comment et les consommateurs croient qu’ils achètent quelque chose qui est bon pour eux. Comment voulez-vous qu’on s’y retrouve après ça. Alors on disait qu’on nous prend pour des imbéciles, on a des centaines de preuves. Je crois que la meilleure chose à faire, est de bien s’informer et de lire la liste d’ingrédients.

  23. I.D. dit :

    Hé oui, dès que quelque chose est tendance, les compagnies tirent leur épingle du jeu! C’est une vraie jungle. Il faudrait plus de lois, et des lois plus sévères! Mais ça, avant que ça arrive…

  24. Sandy dit :

    Oui, en fait, ces labels, je me demande s’ils ne sont pas simplement là pour induire davantage en erreur le consommateur.

    Aujourd’hui, il faut nécessairement apprendre à déchiffrer les listes d’ingrédients : pour ceux qui ont internet, pas d’excuse, ils peuvent savoir à quoi correspond tel ou tel composant (pour l’alimentaire, c’est plus difficile, car il faut d’abord acheter le produit pour avoir la liste d’ingrédients sous les yeux – tandis que pour les cosmétiques, on peut tomber sur la compo en ligne ou la demander) ; mais pour ceux qui n’ont pas internet, c’est difficile.

    Ma mère n’a pas internet ni d’ordi et je lui apprends progressivement à décoder les compositions, car c’est la première à ne se fier qu’au devant du produit (c’est généralement qu’il y a leurs arguments bidons). Si elle voit « à l’alove vera » ou « au beurre de karité » ou « à l’huile d’argan », elle va acheter sans savoir que le plus souvent (car y a certains produits qui en contiennent en quantité non négligeable pour rendre le produit efficace) le composant mis en avant est en dernier sur la liste, donc sa présence n’agit guère sur le produit.

    Je lui ai donc expliqué qu’un soin capillaire censé contenir du beurre de karité doit mentionner en début ou milieu de liste « butyrospermum parkii butter »… s’il est en fin de liste, c’est comme s’il n’y avait rien.

    Je tiens également à préciser que ce n’est pas parce qu’un produit est plus cher que la normale ou vendu en parfumeries, qu’il contiendra forcément plus de beurre de karité ou autre. Dans de nombreux cas, c’est le packaging que vous allez payer plus cher : on vous mettra un emballage super chic, avec des colorants et du parfum qui embelliront le produit mais qu’en est-il de la qualité du produit ? Fiez-vous à la composition, c’est le seul conseil que je puisse donner ;-)

    Et comme vous dites ID, il faudrait des lois plus sévères, mais on se soucie guère du consommateur, c’est avant tout une histoire de fric !

  25. I.D. dit :

    Merci Sandy, je n’aurais pas si bien dit! Vous lisez dans mes pensées… Mais seriez-vous télépathe? ;o)

  26. Sandy dit :

    Non, je ne suis pas télépathe, j’aimerais bien lol

    Je pense qu’on partage les mêmes idées à ce propos ;-)

    Le seul domaine où je regarde le packaging, c’est dans le maquillage : je plaide coupable, un poudrier dans un bel écrin, ou un étui de rouge à lèvres chiquissimement orné, je me laisse tenter, j’avoue.

    Mais pour les soins hydratants (aussi bien pour le visage que pour le corps) ainsi que les crèmes capillaires, c’est ce qu’il y a dedans qui m’intéresse… là dessus, je suis intraitable, le packaging je ne regarde pas à ce niveau ;-)

  27. Amélie dit :

    Salut à toutes, bon je sais que c’est normal à l’adolescence (j’ai 14 ans) mais la je n’en peux plus !! :'( Je suis à l’école privé donc mon choix de linge est réduit. J’ai le choix de mettre une chemise (70% cotton, 30% polyester), et je la trouve très jolie, donc je la met ! ERREUR TOTALE :\ je sue !! j’essaie de le cacher, je garde les bras collés, mais c’est pas évident :s En plus, j’appplique Secret action thérapeutique « sport » tous les soirs, mais aucun beau résultat ! Je suis vraiment désespérée ! Aidez moi svp :(

  28. I.D. dit :

    Hello Amélie : est-ce que tu mets Secret Action thérapeutique seulement le soir? En réappliques-tu d’autres fois dans la journée?

  29. sosatran dit :

    Je cherche aussi un déodorant qui marche bien, mais en France. I.D., à part celui-ci, tu as d’autres suggestions?
    Merci I.D.

  30. Nadia dit :

    Bonjour à toutes
    Cela fait des années que je cherche un déo qui marche car je transpire beaucoup..J’avais déjà utilisé Secret, en vain, mais cette année , en vacances au Canada j’ai décrouvert Secret therapeutique et c’est vraiment une decouverte majeure pour moi..ca m’a changé la vie ..C’est génial de chez génial …Dès le 1er jour plus du tout de sensation de moiteur ou d’auréole nauseséabonde qui me faisait souffrir..me rendait mal à l’aise alors que j’ai plus de 50 ans …situation sociale et tout le baratin ..vous portez un beau chemisier ,chic , cher et hop l’odeur…tout est foutu…vous avez l’impression dê ne pas être propre …BREF je le conseille à tout le monde…Le seul hic c’est qu’il n’est pas commercialisé en france..( si quelqu’un sait ou on peut l’acheter en France merci de l’info )et la vérité cancer ou pas cancer..je prefère être à l’aise , bien dans ma peau

  31. I.D. dit :

    Bonjour Nadia, il existe des versions de d’autres marques équivalentes, magasinez. Personnellement je connais Degree Clinical Protection qui est exactement la même chose.

Trackbacks

Regarder ce que les autres ont a dire sur sujet...
  1. […] que le site une nouvelle version de son déodorant le plus efficace contre la sudation intense : Secret Thérapeutique, dont j’ai déjà parlé dans un autre article. Le nouveau s’appelle Frais et Intrépide (nouvelle fragrance) et il arbore le logo […]



Donner votre avis..

Dites-nous ce que vous en pensez...

Couldn't connect to server: Connection timed out (110)